La théorie de la double causalité

Dernière mise à jour : 30 oct.

La rétrocausalité ou comment modifier son futur, son présent et... son passé

Einstein disait déjà au siècle dernier que la séparation entre passé, présent et futur est une illusion. Nietzsche, un peu plus tôt, avait déjà eu cette fameuse intuition : c’est notre avenir qui détermine notre présent. Le futur l’influence autant que le passé.

C’est dans son livre intitulé « La route du temps » que Philippe Guillemant (physicien) nous illustre la théorie de double causalité.


De quoi s’agit-il ?

Cette théorie nous permet de comprendre que nos intentions causent des effets dans le futur qui deviennent les futures causes d’un effet dans le présent. En effet, nos états actuels de conscience, c’est-à-dire ce que nous sommes émotionnellement, ce que nous ressentons définissent nos futurs de maintenant. Lorsque nous acceptons de changer nos habitudes dans le présent et que nous y mettons une intention, cette intention sera alors enregistrée dans le futur et deviendra une cause de cette transformation.

Dans le cadre de la théorie de la double causalité, notre présent peut être sous l’influence du passé, comme le sens commun nous pousse à le croire de façon exclusive, mais il peut aussi être sous l’influence de notre futur. Même en restant dans une mécanique déterministe, cette théorie dit que nos lignes temporelles peuvent bouger dans le futur, sous l’effet de nos intentions et de certaines « qualités d’âme »

Selon Philippe Guillemant, la théorie de la double causalité repose sur la délicate question du libre arbitre dans un monde où notre futur serait déjà réalisé sous forme de potentiels latents, donc en continuelle transformation, sous l’influence de nos intentions. En d’autres termes, nous sommes LIBRES de transformer, modifier le cours de notre vie. Cela dépend de notre seule et unique intention et volonté. Personne ne peut réaliser cette transformation à votre place !

N’attendez plus que les autres le fassent pour vous !


Il y a quelques siècles, Bouddha illustrait déjà ce concept :

« Je peux t’amener à la source, mais je ne peux pas boire à ta place ».


Situation vécue en soin énergétique

- Marie a très mal au cou et souffre régulièrement de sinusites et de douleurs cervicales. Je lui propose de prendre conscience du mal-être qui l’encombre, ce qu’elle accepte volontiers, car, elle se reconnaît dans ce mal-être à travers de nombreuses situations vécues. Elle est tellement motivée et confiante qu’elle met une intentionpuissante de transformation. Elle me dit même : « Faites ce que vous voulez, mais libérez-moi de cette énergie ! ». Quand nous nous revoyons 3 semaines plus tard, les douleurs au cou ont disparu et la sinusite est complètement guérie. De plus, elle me fait part d’une situation étrange : le lendemain du soin énergétique, elle reçoit un coup de téléphone d’une personne qu’elle n’avait plus vue ni entendue depuis 9 ans. Celle-ci lui demande pardon pour la décision qu’elle a prise à cette époque de la priver du droit d’être marraine de sa fille, et ce sans justificatif (ce qui constituait une injustice pour Marie) et lui confie qu’elle ne peut pas lui expliquer sa décision de l’époque.

Marie se libère de la perception de l’énergie d’injustice et permet aux deux personnes de se libérer d’une énergie qui les unissait, mais qui n’existe plus et qui n’a plus lieu d’être. C’est en changeant sa perception MAINTENANT que le passé et le futur de Marie et de son ancienne amie ont changé. Marie, en se libérant d’un poids énergétique, a changé la perception de son amie dans le passé (puisque cette énergie n’est plus présente), dans le présent (son ancienne amie se sent coupable et plus artisane du sentiment d’injustice) et dans le futur (les liens qui les unissent ne seront plus teintés par cette énergie injustice). Cette article est en partie extrait du livre "Guérir est un chemin vers soi"



141 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout